Get Adobe Flash player

Under Development

Patrimoine National

anjar
Anjar (C/1984)
baalbek
Baalbek (C/1984)
byblos
Byblos (C/1984)
tyre
Tyr (C/1984)
qadisha
Ouadi Qadisha et la Forêt des cèdres de Dieu: (C/1998)

Anjar (C/1984)
Les ruines de Anjar, ville fondée par le calife Walid Ier au début du VIIIe siècle, comportent une organisation très rigoureuse de l'espace, semblable à celle des villes- palais de l'Antiquité. Elles constituent un témoignage unique sur l'urbanisme des Omeyyades.
Anjar est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de 1984.

Baalbek (C/1984)
Cette cité phénicienne, où l'on célébrait le culte d'une triade divine, fut nommée Héliopolis à la période hellénistique. Elle conserva sa fonction religieuse à l'époque romaine où le sanctuaire de Jupiter Héliopolitain attirait des foules de pèlerins. Avec ses constructions colossales, Baalbek demeure l'un des vestiges les plus impressionnants de l'architecture romaine impériale à son apogée.
Baalbeck est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de 1984.

Byblos (C/1984)
On trouve à Byblos les ruines successives d'une des plus anciennes cités du Liban, habitée dès le néolithique et étroitement liée à la légende et à l'histoire du bassin méditerranéen pendant plusieurs millénaires. Byblos est directement associée à l'histoire de la diffusion de l'alphabet phénicien.
Byblos est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de 1984.

Tyr (C/1984)
Tyr, où, selon la légende, furent découverts l'alphabet et la pourpre, fut la grande cité phénicienne, maîtresse des mers, fondatrice de comptoirs prospères comme Cadix et surtout Carthage . Son rôle historique déclina à la fin des croisades. Elle conserve d'importants vestiges archéologiques datant principalement de la période romaine.
Tyr est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de 1984.

Ouadi Qadisha et la Forêt des cèdres de Dieu: (C/1998) Critère iii:
La vallée de la Qadisha accueille, depuis les premiers pas de la chrétienté, les communautés monastiques. Quant aux arbres de la forêt des cèdres, ils sont les survivants d'une forêt sacrée et de l'un des matériaux de construction jadis les plus prisés.
Critère iv : Les monastères de la Vallée de la Qadisha sont les exemples survivants les plus significatifs de la force de la foi chrétienne.
Inscrites sur la liste du patrimoine mondial de 1998.